Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  gribeauval le Sam 19 Aoû 2017 - 8:10

Salut à tous,
Pour continuer cette série qui va bientôt toucher à sa fin, je vous propose ma plaquette préférée, de ma période débutant qui... , à la vérité, n'a jamais cessé. Débutant j'étais, débutant je suis resté. Elle date de 1981 et son titre complet "Service de Santé - Intendance: l'éternel conflit - Allemagne 1813".
La peinture est à l'Humbrol - à l'époque, les puristes de l'huile hurlaient ou me considéraient comme un peintre en bâtiment égaré dans la figurine - mais c'était mon unique façon de peindre. Evidemment, il ne fallait pas en attendre des rendus extraordinaires. Mais cette petite plaquette est tout de même ma préférée parce que, précisément, c'est celle où, encore une fois avec les moyens et le savoir-faire assez rudimentaires des débutants, je m'étais appliqué à peindre avec le plus de soin possible. Cette plaquette a été baladée, depuis, dans plus de 150 expos. A mon grand étonnement, on lui a attribué  une médaille d'or encore récemment dans une petite expo locale, sur choix du public.
Le sujet proposé me tenait aussi à coeur, en tant qu'ancien infirmier-major du 4e BCP en Algérie.
Pour expliquer le titre un peu curieux de cette plaquette, on fait un petit point historique. Difficile de faire bref.
Sous l'Ancien Régime, le Service de Santé aux Armées était peu développé et mal organisé, sauf dans la Marine. Un homme blessé ne pouvant plus servir à rien mais constituant une charge, on s'en désintéressait: plus de solde à payer, plus de gamelle ni d'habillement à assurer. On l'abandonnait à son sort et bien heureux celui qui pouvait compter sur la compassion des civils pour se tirer d'affaire.
Sous la Révolution, la Convention Nationale décréta que, dans toutes les écoles de médecine, des médecins soient formés pour la chirurgie et la médecine de guerre, afin de ne pas abandonner les défenseurs de la Patrie. Malgré la tourmente révolutionnaire, une réelle organisation fut mise sur pied et donna des résultats positifs. Ce fut la première véritable organisation d'un service efficace. Mais, administrativement, ce Service dépendait de l'Intendance. Et ses bons résultats sur les bureaux et la hiérarchie devaient certainement beaucoup à l'action des représentants aux Armées, sorte de commissaires politiques, et à la menace qu'ils représentaient. Quand on sait toutes les insuffisances du Service de l'Intendance et les reproches, justifiés en plus d'une occasion, qui lui étaient régulièrement faits, on mesure les difficultés rencontrées par les praticiens, malgré leur bonne volonté et leur dévouement.
L'Empire, hélas, ne changea rien à cet état de fait. C'est le gros reproche que je ferais à l'Empereur que d'avoir négligé aussi gravement ce Service en le laissant sous la tutelle paperassière, inefficace et aussi corrompue de l'Intendance. Il faut savoir que la Grande Armée perdit plus d'hommes de maladie, de privations et d'épidémies que de blessures mortelles au combat. Chaque régiment, parfois un bataillon, avait théoriquement son médecin, parfois son chirurgien, les deux  faisant partie de l'état-major du corps.
Le gros point faible était l'hospitalisation. La guerre impériale étant essentiellement faite de mouvement, l'organisation d'un hôpital dans un bâtiment ad hoc ne pouvait que rarement être envisagée dans cette incessante itinérance. Etaient alors réquisitionnés les hôpitaux existants dans le pays, les églises, les couvents, les écoles quand il y en avait. L'Intendance ne suivant pas, bien entendu ou prétendant avoir d'autres priorités, il n'était pas question de compter sur de la literie, du matériel médical, des fournitures d'objets de pansement, de chauffage...  C'est tout juste si on pouvait disposer de paille sur laquelle on étendait les blessés plus ou moins atteints ou les malades incapables de marcher. Quand elle était servie, la nourriture était parcimonieuse et de qualité douteuse. Le bois de chauffage manquait en hiver dans ces locaux ouverts à tous les vents, de même que les couvertures. Pourtant, l'équipement existait. Il y avait bien des stocks réglementaires mais pas de moyens de transport pour les caissons de matériel de soin pour les chirurgiens, pas de brancards et étaient chanceux ceux qu'on pouvait évacuer en ambulance...
TOUT CELA, JAMAIS AU BON ENDROIT, JAMAIS AU BON MOMENT.
Les médecins s'épuisaient constamment en réclamations stériles auprès des bureaux de l'Intendance. Si le Service de Santé comptait dans son personnel pas mal de planqués totalement incompétents, mais, fils de famille ayant tiré le mauvais numéro et n'ayant pas trouvé de remplaçant malgré un belle bourse, l'Intendance, elle, était gangrenée par une administration dont l'inertie était proverbiale et surtout peuplée de malhonnêtes profiteurs à tous les niveaux. La corruption était fort répandue, la prévarication, la concussion, les détournements crapuleux y étaient monnaie courante. Certains, corrompant tous les échelons, revendaient les stocks à leur profit et l'on vit se bâtir des fortunes, surtout pendant la Guerre d'Espagne, au détriment de blessés affamés qui mouraient sur la paille pourrie parce non renouvelée. Devant ce scandale permanent, des médecins honnêtes s'emportaient, menaçaient jusqu'aux voies de fait. On en vit même tirer l'épée pour exiger leur dû et... l'obtenir enfin.
J'ai peine à croire à la cécité de l'Empereur sur ce point, tout comme à son indifférence à propos de cette situation scandaleuse qui lui coûté les effectifs importants qui lui feront défaut plus tard.
Ces situations de temps de guerre, où les contrôles sont aléatoires quand il y en a, se tariront en temps de paix et de sédentarité des garnisons mais sans disparaître complètement.
Cette tutelle mortifère de l'Intendance perdurera jusqu'à la veille de la Grande Guerre. Il est heureux qu'elle ait pris fin juste à temps car les conséquences de cette boucherie auraient alors atteint des chiffres encore plus effrayants que ceux que nous connaissons.
Ici, un chirurgien installé dans une gasthaus, engueule littéralement un commis d'Intendance bien propre sur lui et le menace publiquement. " Votre Intendant est un jean-foutre! Allez, Monsieur, et dites-lui bien que si, demain matin, mes caissons ne sont pas là, j'irai moi-même les chercher avec mes conducteurs et gare à qui s'y opposera! Je manie l'épée aussi bien que le scalpel".























Sergent infirmier secrétaire parce que sachant écrire, c'était rare. Sa plume est tirée d'une vraie barbule de plume de poule, taillée en conséquence.









Un infirmier en habit réglementaire couleur tabac. Le plumet est de trop, je vous l'accorde. Faute de débutant.





Train des équipages, un accompagnateur, un conducteur, un margis. Jusqu'à la fin de l'Empire, cette tenue ne changera pas.

That's All, Folks!!!
A +
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 80
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  bristethobennic le Sam 19 Aoû 2017 - 9:58

C'est encore une fois, superbe !!!

Bravo ! Tu conserve tes plaquettes en vitrines ?
avatar
bristethobennic

Messages : 7833
Date d'inscription : 27/09/2012
Age : 44
Localisation : près de Charolles (71)

http://bristethobennic.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  Borodino le Sam 19 Aoû 2017 - 10:07

L'historique du conflit entre intendance et médecine est juste passionnante.
C'est toujours très intéressante, les à côté de l'Histoire.
Prendre le temps de nous l'expliquer est très apprécié.

La scène est très explicite et mérite ses récompenses.

La peinture Humbrol est ici très maîtrisée et je pense que bien des experts n'avaient pas ton niveau de "débutant" Bill Horan a prouvé que la Humbrol est utilisable en figurine, tu est un avant-gardiste !

Je suis surpris par la qualité de la pièce après toutes ces années, et de nombreux transports.
Une petite égratignure sur l'étiquette seulement !!!
Tu as un secret de stockage ?

Encore bravo pour tous ces détails, la gueule du chirurgien, Les écritures sur les registres et j'en passe.



____________________________________________
avatar
Borodino

Messages : 1722
Date d'inscription : 13/05/2016
Age : 45
Localisation : Albi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  ROUNDABOUT le Sam 19 Aoû 2017 - 10:34

Tout a été dit ou presque !
J'adore le secrétaire et ses livres , bien propres , bien tenus .
La scène est très vivante , on imagine bien l'engueulade du commis d'intendance sous les regards goguenards des assistants et soldats
UN GRAND BRAVO

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 12700
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  gribeauval le Sam 19 Aoû 2017 - 13:50

Merci les amis pour ces commentaires sympathiques.

Bristet, non, j'ai très peu de vitrines à figurines, seulement les portes vitrées de mes bibliothèques (j'en ai 5 !) avec quelques figs, précieuses, surtout des cadeaux que m'avaient fait les copains lorsque je présidais les Amis d'Historex. Cette plaquette a toujours été conservée à l'abri de la poussière sur une étagère d'un vieux buffet dans mon atelier, à portes fermées.

Mon cher Borodino, je suis désolé de ne pouvoir t'en dire plus. Je n'ai pas de secret de stockage. Du moment que tu enfermes ta plaquette, par exemple,
dans un carton bien fermé , voire scotché, et que tu le ranges, sans risques de chute ou de choc, dans un coin à l'abri de l'humidité, l'essentiel est assuré.
C'est banal et Monsieur de La Palisse ne dirait rien de mieux.

Un conseil toutefois qui vaut pour le maintien en place des figurines sur une plaquette. Pour peindre, j'ai l'habitude de cheviller toutes mes figurines (ou mes chevaux) en leur plantant dans le pied (ou les sabots ) une ou plusieurs petites tiges de laiton non recuit que je coince dans un porte-outils ou entre 2 blocs de bois vissés. Au moment de la mise en place, il suffit de percer un petit trou dans le support et d'y introduire la cheville (7-8mm maxi), après positionnement satisfaisant, avec une goutte de cyano. On peut très bien remplacer le laiton par un fragment de trombone assez fin. Je fais cela pour tout, roue de charrette, meubles, caisses,
accessoires, jusqu'à des pieds de tabouret... C'est ce qui me permet de trimbaler mes plaquettes aussi longtemps, sans décollement... Et, pour presque toutes mes plaquettes, j'ai une caisse de transport qui sert aussi au stockage.

Dernier détail pour vous dire combien je me suis fait plaisir avec cette plaquette. Les grands portefeuilles sur les tables sont en fleur de cuir de même que la couverture du registre, refermant des feuilles exactement coupées, empilées et contrecollées à la tranche interne dans la couverture. Replier du cuir, même la fleur, en si petit format a été sportif.

A+ et merci encore
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 80
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  Borodino le Sam 19 Aoû 2017 - 14:18

Merci pour ces réponses et encore bravo pour cette minutie.

____________________________________________
avatar
Borodino

Messages : 1722
Date d'inscription : 13/05/2016
Age : 45
Localisation : Albi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  Ecume le Dim 20 Aoû 2017 - 6:47

Very Happy
Ce "dio" là,je le trouve vraiment superbe cheers cheers

Ecume

Messages : 39
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 62
Localisation : ANZIN(Dept 59)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  ubu-roi le Dim 20 Aoû 2017 - 8:01

Magnifique, pour sur Historex c'est d'la balle
avatar
ubu-roi

Messages : 38
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 62
Localisation : Sospel alpes maritimes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  Eric le Dim 20 Aoû 2017 - 10:36

Concernant le stockage et le transport de ses pièces...notre mi Armand crée des caisses sur mesure d'une precision chirurgicale ou même un jeu de 1mm n'est ni tolérable, ni toléré ==> pas de vibration ou de deplacement intempestifs

____________________________________________
" />
...et au nom de Dieu, vive la coloniale !!!

avatar
Eric

Messages : 2847
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 46
Localisation : LORGUES cite templière

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  gribeauval le Lun 21 Aoû 2017 - 7:34

Merci à tous chers collègues.
Mon ami Eric, avec un millimètre seulement, tu exagères peut-être un peu ... non ?
D'accord, c'est du sur mesure mais avec un peu de jeu, ne serait-ce que pour les mouvements
mais je reconnais que tu es le seul ici à bien connaître et mes caisses et mes habitudes.

Merci encore et à +
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 177
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 80
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vieillerie n°6 - HISTOREX - 1/32e

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum