Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Sam 7 Oct 2017 - 12:38

Salut à tous,
Je vous l'avais promis. Le voilà. Parler de chef d'oeuvre est prétentieux mais, pour moi, c'est mon grand oeuvre. Ce n'est pas un diorama - terme impropre que même les revues spécialisées emploient  à tort - mais une plaquette qui surprend par ses grandes dimensions. Et comme elle formée de plusieurs modules, je préfère qu'on parle de display (oui, c'est anglo-saxon mais bon...).







Pour répondre par avance aux questions, je dirai qu'il s'agit de la concrétisation d'un vieux rêve de besogneux qui résume ainsi toute ma vie de figuriniste. Les grands figurinistes amis regarderont ce travail avec un petit sourire amusé pour ne pas dire goguenard. Evidemment, ce ne sera jamais une pièce concours, tout juste un élément d'exposition dans le carré des débutants. Cela, je le savais avant même de commencer. Sur ma production, je suis habitué aux commentaires condescendants des spécialistes et si je les écoutais vraiment, je resterais dans mon coin les bras croisés. Ici, c'est l'envie de créer malgré tout qui l'a emporté sur la conscience de mon peu de talent.



Depuis 40 ans, je suis passionné par les figurines (parmi nous, qui ne l'est pas?), par celles des autres s'entend, pas par les miennes qui m'inciteraient plutôt à la modestie. Contrairement à certains, je n'encombre pas les palmarès des concours, d'abord parce que je n'y participe plus depuis longtemps, ensuite parce que les niveaux désormais atteints sont nettement au-delà de mes limites et, pour cette raison, franchement dissuasifs.
Doit-on regretter le passé? Comme tout le monde, j'ai commencé la figurine tout seul dans mon coin, sans outils, sans documentation, sans conseils et sans technique.
Ayant commencé par HISTOREX, j'ai réussi à peu près à monter mes pièces assez correctement. Certes c'était loin d'être parfait et dire que tous les traits de moule étaient finement effacés serait probablement inexact. Mais, lorsqu'il s'est agi de passer à la peinture, ce fut une tout autre affaire. Adepte depuis fort longtemps de modèles réduits essentiellement marins en bois ou plastique, me voilà parti à tartiner mes figurines avec les innombrables petits pots d'Humbrol de tous les débutants... Je n'insiste pas. Les résultats ne pouvaient être que décevants. Forcément. Avec le temps, avec l'acquisition d'un minimum de technologie du polystyrène choc et d'un peu de savoir-faire, j'ai commencé à transformer plus ou moins mes pièces pour leur ôter la raideur des débuts, mais, pour la peinture, il n'y avait rien à espérer. Bref, vous avez compris que, si j'ai été un monteur correct voire un transformeur honnête, j'ai été et suis resté un peintre médiocre. Là, le verdict est simple et connu d'avance: qu'on le veuille ou non, pour la figurine, c'est rédhibitoire.
M'est arrivé alors ce que je n'avais pas prévu et encore moins souhaité. L'appartenance à un club - les Amis d'H... - m'a valu d'être appelé à sa présidence. J'attribue à ce développement mon désastre pictural. Pendant que je perdais un temps précieux en relations publiques et en activités inhérentes à la fonction, mes compagnons, eux, déjà certainement plus doués que moi, progressaient à pas de géants et alignaient des réalisations remarquables qui me faisaient baver d'envie.
C'est pourquoi, conscient de l'impossibilité qui était désormais la mienne de rattraper ce retard en me privant définitivement de l'accès aux techniques des peintures "nobles", j'ai décidé de ne plus proposer de figurines individuelles considérées comme telles mais de produire un grand nombre de figurines "passe-partout" plus ou moins mises en scène dans un décor valable. Je ne serai donc jamais un artiste au centre de la scène sous les projecteurs mais un petit technicien dans la coulisse.

En voilà des exemples:













Table et caisse à patates en scratch, à titre d'exemple. Utilisation de la carotte des grappes Historex et d'un pyrograveur.







Les pratiquants du 1/72e trouveront peut-être correctes ces pièces. Au 1/32e, elles ne valent pas un clou, c'est évident.











Excusez la qualité médiocre des photos.





Remontage d'un affût. Vous verrez tout cela mis en scène, plus tard.













Ce chariot porte-barriques est entièrement scratch sauf les roues, mais refaites à 90%. Les barriques sont deux tronçons de manche de pioche cassé, travaillés
au tour et cerclés de carte plastique (après plastification du bois pour un parfait collage).







Le cheval du colonel.







Tout cela - excusez le désordre - c'est du naïf des débutants d'il y a quarante ans... C'est ce que je suis resté... et, maintenant, je suis trop vieux pour m'en désoler.

Ce préambule, qui vous aura probablement passablement ennuyé, ne m'en tenez pas rigueur, c'est toute l'explication de cette plaquette. Ce parc d'artillerie, c'était mon vieux rêve. Il a pris corps peu à peu et a failli ne jamais aboutir  à un moment de ma vie où un accident de santé grave pouvait faire craindre le pire.
Définitivement déçu par mes résultats de peintre de figurines, je me suis tourné vers la production d'accessoires et de matériels, domaine où mes capacités de montage pouvaient  s'exprimer et où les exigences de peinture étaient moins préoccupantes. A cela, s'est ajouté un élément non négligeable: ma passion pour le scratch, la création où, parfois, je m'éclate vraiment. Lorsqu'une pièce manque ou ne figure pas au catalogue du fabricant, je le crée tout simplement pour peu que la doc ne fasse pas défaut et, souvent, grâce à l'observation et à l'expérience (par exemple pour la forge), l'imagination supplée à la pénurie. Dire que tout est parfait serait exagéré:
il y a forcément des imperfections, quelques petites fautes de proportion ou de détail (parce que je suis amené à simplifier) mais elles se fondent dans l'ensemble et ne choquent pas. Et, dans le cas présent, il y a du scratch en-veux-tu-voilà.
Pour dire la franche vérité, dans cette affaire, je n'ai bénéficié d'aucune documentation sur le parc d'artillerie, ses implantations successives, sa composition, son organisation. Mon implantation dans le sud m'a éloigné de la bibliothèque du Musée de l'Armée si tant est que j'eusse pu y trouver mon bonheur, ce dont je ne suis toujours pas persuadé. Les rares demandes que j'ai faites en quelques endroits n'ont jamais obtenu de réponse. Au hasard des lectures, pêchant trois lignes par ci , deux lignes par là - des bribes difficilement exploitables - , c'est donc à une tentative de reconstitution essentiellement imaginaire mais plausible que je me suis livré. Il semblerait que je sois resté dans le vraisemblable. Que n'ai-je eu la chance de connaître à cette époque notre cher ROUNDABOUT. Il m'aurait certainement renseigné utilement vu ses connaissances et sa doc.  

La suite pour très bientôt. NE VOUS PRECIPITEZ PAS POUR COMMENTER. Vous aurez encore bien des choses à voir avec des photos un peu meilleures et bien des détails à apprendre.
A+
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  songer2903 le Sam 7 Oct 2017 - 13:42

salut que peut on dire a part BRAVO !!!!!! trés beau travail !!!!
avatar
songer2903

Messages : 406
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 55
Localisation : belgique - Namur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  JackNap1948 le Sam 7 Oct 2017 - 14:18

Salut Armand.
Bravo pour ce très bel ensemble.
Tout y est, la quantité mais également la qualité.
Bravo également pour les textes accompagnateurs que je trouve bien durs envers toi.
Je n'ai qu'une envie c'est de voir cet ensemble de mes propres yeux.
En Juillet ou Août 2018 je serai à Bandol (83), si une rencontre est possible ce serait formidable.
Bonne après-midi et à plus tard.
Jacques.


Dernière édition par JackNap1948 le Dim 8 Oct 2017 - 11:27, édité 1 fois (Raison : Faute de frappe corrigée.)

____________________________________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




Décor "simpliste" pour rejouer, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
JackNap1948

Messages : 2442
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  Borodino le Sam 7 Oct 2017 - 15:24



C'est notre rève à tous de pouvoir un jour realiser une telle tranche de vie à notre échelle de prédilection.
La tienne est le 1/32 et tu es bien trop modeste, même au 1/72 on est bien incapable de faire mieux.
Je suis persuadé que tu a pris beaucoup de plaisir à la réaliser et c'est le principal but.
Le partage de cette belle scènette est un bonheur pour nous.
Perso, je prends beaucoup de plaisir à la regarder et j'attends les autres photos avec impatience que je commenterai sans retenue.

____________________________________________
avatar
Borodino

Messages : 1533
Date d'inscription : 13/05/2016
Age : 45
Localisation : Albi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  BIFFIN le Sam 7 Oct 2017 - 18:23

Bonjour Armand, malgré ta demande je réponds tout de suite.
Je ne reviendrai pas sur l'extrême qualité de tes créations qui sont rien moins que remarquables !
Pour tes figurines laisse moi te dire qu'elle sont d'un niveau plus que très honorables. Leur seul "défaut" est des ne pas être dans le style hyperréaliste qui domine les concours actuellement.
Mais je leur trouve une expressivité, un charme et un style qui me touchent bien plus que certaines productions pourtant louées par tous, certes admirables, mais dont la perfection de la technique de peinture devient glaçante.
Alors je suis content que tu te sois fait plaisir à réaliser tout cela.
Sois certain que ton travail apporte aussi beaucoup de plaisir à beaucoup d'entre nous et personnellement je serais fier d'atteindre ton niveau.
J'attends les autres photos avec grande impatience !


Dernière édition par BIFFIN le Dim 8 Oct 2017 - 10:23, édité 1 fois
avatar
BIFFIN

Messages : 918
Date d'inscription : 18/01/2016
Age : 61
Localisation : Deuil-La Barre (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  cracboum le Sam 7 Oct 2017 - 18:46

idem que pour les intervenants précédents, tu n'as pas à rougir de tes figurines , je les trouves très bien peintes, sincèrement pour comparer avec celles que j'ai monté et peinte il y 20 ou 25 ans tu es largement meilleur que moi ,
et ton "diorama" est plus que sympa, bravo Very Happy
avatar
cracboum

Messages : 1613
Date d'inscription : 03/11/2013
Localisation : région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  sergiofig le Sam 7 Oct 2017 - 18:49

grande realisation très réussie. les figurines sont bien peintes et pour ce genre de situation pas besoin d'avoir le niveau concours, si niveau il y a. bravo pour tous les scatchs ça donne beaucoup de réalisme. ça donne quoi en dimension pour cet ensemble ?
avatar
sergiofig

Messages : 564
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 47
Localisation : nyons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Sam 7 Oct 2017 - 23:04

Grand merci à tous, je suis ému, vraiment, par vos appréciations.
Il semble alors que vous ayez aimé. C'est une énorme satisfaction.
Soyez sans impatience, je n'en ai pas terminé, ni avec les explications, ni avec les questions que vous avez posées.
Vous appréciez ma façon de faire des figurines mais, comme vous l'avez ressenti, je suis peut-être trop exigeant en considérant qu'elles ne sont pas à la hauteur.
Sachez que ma préoccupation unique, partant de ce constat, est d'en accumuler beaucoup et de donner de la vie à une scène ou à des scènes voisines dans un ensemble.
Dès demain, je m'attelle à la tache et je poursuis cette présentation. Bonne nuit.
Armand
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  ROUNDABOUT le Dim 8 Oct 2017 - 0:02

Bonsoir Armand.

Tout ou presque a été dit. Je rajouterais juste que cette scène, ce diorama, cette maquette met en valeur les anonymes de la Grande Armée, tu leur rends ainsi un très bel hommage.
J'adorerais avoir ton chef-d'oeuvre chez moi

Bravo Armand  

P-S : puisque j'ai l'honneur d'être cité dans ton texte, je crois avoir quelque part la composition d'une division d'artillerie, je peux te la fournir si tu veux.


Dernière édition par ROUNDABOUT le Dim 8 Oct 2017 - 11:04, édité 1 fois

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 11840
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  bristethobennic le Dim 8 Oct 2017 - 9:41

C'est grandiose.

Un grand BRAVO à toi !
avatar
bristethobennic

Messages : 7962
Date d'inscription : 27/09/2012
Age : 44
Localisation : près de Charolles (71)

http://bristethobennic.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  bec1208 le Dim 8 Oct 2017 - 9:49

Bonjour les Addict,

Armand, je me lasserais jamais de tes vieilleries, de tes commentaires, et ouf de ce TRUC inimaginable avec la Grande Dame de la Figurine.

Merci, de découvrir de re..re..redécouvrir ton oeuvre, comme une peinture.

A+ Christian
avatar
bec1208

Messages : 661
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 67
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Dim 8 Oct 2017 - 11:24

C'est reparti.

Le sujet

Quel est-il? Quelques chose qu'on ne montre jamais (à ma connaissance): une toute petite partie du parc d'artillerie de la réserve de la Grande Armée, qu'on appelait aussi Grand Parc, lequel, déployé et lorsque la configuration des lieux le permettait, pouvait dépasser les 10 hectares. Bien sûr, c'est une oeuvre d'imagination, traitée à la façon naïve qui est la mienne (certains disent "façon de débutant" mais je revendique le statut d'éternel débutant), c'est un simple découpage d'un petit rectangle dans ce vaste ensemble et c'est bien pour cela qu'il est imaginaire. Pour fixer les idées, échelle oblige, la scène réalisée mesure au réel environ 61 mètres par 29, soit, dans sa longueur, 43 mètres de moins que la grande cour d'honneur des Invalides.



C'est peut-être imposant au premier coup d'oeil, mais c'est une petite partie d'un ensemble beaucoup plus vaste.

Le lieu choisi

Le lieu choisi: quelque part en Allemagne parce que la Grande Armée y a séjourné assez longtemps et l'époque retenue a été 1808, un an après la paix de Tilsit, période où les garnisons françaises outre-Rhin s'étaient quasiment sédentarisées malgré des départs pour l'Espagne. Ajoutons aussi, pour les exigeants, époque qui a précédé les modifications dans la tenue des hommes du Train d'Artillerie, tant de la Ligne que de la Garde alors que celle de l'Artillerie restait quasiment immuable.
Déplacer une telle accumulation de matériels d'artillerie et de véhicules les plus divers, nécessitait, on s'en doute, la présence, à proximité immédiate du bataillon de Parc, soit six compagnies du Train d'artillerie, à effectif d'environ 900 hommes et 1500 chevaux (j'avais lu ce détail quelque part mais je ne me souviens plus où. Peut-être ROUNDABOUT va-t-il me démentir mais cela me semble tout à fait plausible devant la quantité énorme de matériel à déplacer. Sur un plan logistique, une telle concentration de chevaux nécessite une invraisemblable quantité de fourrage, entre autres...).
Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que, outre ses pièces de campagne et ses caissons correspondants, le Grand Parc rassemblait aussi l'artillerie de siège et de place (à installer dans les garnisons fixes échelonnées, calibres de 16, 24, 32 et mortiers à bombes), le matériel du Génie, les équipages et le matériel des ponts. S'y ajoutaient des matériaux divers et des stocks ( par exemple, les ponts comportaient d'importants charrois de bois calibrés entre autres), des outils et pièces de rechange ainsi que des ateliers pour l'armurerie, la poudrerie et la cartoucherie, généralement à part des autres pour des raisons de sécurité et qui nécessitaient des véhicules adaptés. Du coup, le projet devenait irréalisable de par ses dimensions démesurées. D'un autre côté, tout faire figurer sur la même plaquette aurait ressemblé à un inventaire à la Prévert. Il a donc fallu faire des choix, par conséquent, beaucoup d'impasses.

Point de départ

C'est peut-être par là que j'aurais dû ébaucher mon texte.
Le choix n'a pas été d'une grande originalité: il a été fonction de la nature et du nombre des kits dans mon stock (l'artillerie y était largement majoritaire) et de mon goût pour cette arme (l'Empereur a débuté sa carrière comme officier d'artillerie, non?). Le sujet s'imposait presque de lui-même. S'y ajoutait mon attachement personnel à la marque HISTOREX, celle de mes débuts en figurine et que je n'ai jamais vraiment abandonnée. Dernier détail qui a toute son importance: bien que le logo d'origine d'Historex ait été une tête de hussard, je n'ai jamais vraiment aimé les tenues et les harnachements à la hongroise. Ma toute première figurine, une horreur, a portant été un chasseur à cheval de la Garde. Mais passons. C'est un fait, je n'aime pas ces tenues trop compliquées et trop longues à réaliser correctement. Je les laisse à bien plus habiles que moi. En revanche, j'ai toujours préféré la simplicité voire la modestie des tenues et des harnachements à la française. Et, en matière de tenue du personnel d'artillerie, plus que de modestie, on peut même parler d'austérité. En effet, quoi de moins clinquant, de moins voyant et dépouillé, même pour les officiers, que les tenues des artilleurs. Hommes d'application, de devoir et de sérieux, ils étaient aussi éloignés que possible de la bravade ostentatoire, du panache vain et de la gloriole tapageuse. S'ils se faisaient remarquer par l'oeil impérial, ce n'était pas par l'éclat de la tenue mais bien par l'efficacité et l'abnégation dans la manoeuvre. Et, à côté d'eux, au cantonnement, humbles dans leur sobriété d'allure, habiles et industrieux, simples mais remarquablement efficaces, les ouvriers d'artillerie ont ma préférence. Sur les plaquettes des figurinistes, on ne les voit qu'exceptionnellement et jamais sur les tables des concours. C'est tout juste si l'on voit, une fois par an, une paire de maréchaux-ferrants. Puisque ce n'est pas un thème qui rapporte des lauriers à coup sûr, c'est donc à "ces petits, ces obscurs et ces sans-grades" qu'à ma façon j'ai voulu rendre hommage (merci, ROUNDABOUT, de l'avoir justement souligné). Ils avaient certes une formation militaire qui leur permettait de faire le coup de feu pour la défense de leurs installations ou de leurs convois. Mais leur mission essentielle n'était pas d'être des combattants en ligne mais bien des ouvriers hautement qualifiés - les meilleurs de leur temps - à la compétence reconnue et appréciée sur lesquels reposait la maintenance et la reconstruction de cet outil essentiel et souvent décisif des batailles qu'était le matériel d'artillerie.





















La forge (atelier réquisitionné) et les forgerons, qui étaient l'aristocratie des ouvriers d'artillerie et les plus grosses soldes en théorie.

Donc mon choix n'était pas d'une folle originalité. Comme il n'y a rien à attendre de ma peinture, c'est en montage, en transformation et en scratch que je me défends le mieux et peux éventuellement faire jeu égal avec certains. A chacun ses talents. Puisque je ne produis pas de pièce unique, "artistique", hyper léchée, je multiplie les pièces, ce qui on s'en doute, plaît rarement. Peu importe.
En définitive, pourquoi donc le 1/32e? Tout bonnement parce que c'est l'échelle d'Historex et que, malgré qu'elle soit hélas un peu tombée dans l'oubli et que la référence aux standards actuels la rende désuète, cette marque reste ma préférée; aussi parce que je ne sais rien faire d'autre, à d'autres échelles, et que, quoi qu'on en dise, elle est encore la seule à permettre ce genre de réalisation un peu folle. On aime ou on n'aime pas! Tant pis pour ceux qui ne jurent que par les marques récentes, aux sujets certes magnifiques mais sans objet pour ce que j'avais décidé.
Si le matériel réparé retournait aussitôt aux unités d'origine, la réserve moyenne du Grand Parc était en principe de dix batteries, soit 60 pièces de divers calibres (une batterie = 6 pièces: 4 canons du calibre et deux obusiers). Pour leur accompagnement, la dotation théorique des pièces était d'un caisson par pièce de 4, deux caissons par pièce de 8, trois caissons par pièce de 12.
J'achèverai mon propos par l'affirmation de mon parti pris: plutôt que de représenter un quelconque "parking" avec ses enfilades de canons et de caissons alignés, dont l'intérêt aurait été nul, et toujours dans le souci de mettre en avant ces ouvriers, j'ai voulu privilégier la partie "ouvrière" du Grand Parc avec ses divers ateliers qui étaient, somme toute, la mission essentielle de ce rassemblement d'ouvriers manuels, auxiliaires indispensables des artilleurs.  C'était une façon de rendre la scène un peu plus vivante.















Des ateliers: un peu symboliques et pas du tout représentatifs de leur importance en hommes et matériel, forge, remontage d'affûts, réfection de ferrures, réparation de caissons (les plus nombreuses en raison de la casse importante en tout terrain). Pour des raisons de poids (souvent les chevaux manquaient et les attelages réduits peinaient), la construction du matériel roulant obéissait à des règles très précises de calibrage des pièces constitutives, en fonction aussi du poids réglementaire transporté. Cette construction, à la limite "légère", se faisait parfois au détriment de la solidité. On comptait sur l'habileté des conducteurs d'attelages pour limiter la casse en plus d'une occasion. Bref, mieux vaut des ateliers actifs que des alignements de canons, non?

Réalisation

En fonction de l'humeur et de la fantaisie donc, sans idée directrice structurée, puisant dans mon stock, j'avais commencé par monter et  peindre des canons, des avants-trains, des caissons plus ou moins achevés, que j'avais abandonnés pour passer à autre chose puis rangés dans des boîtes diverses, puis entassés sur des rayonnages d'armoire. A ces pièces directement venues des kits du fabricant, s'ajoutèrent des petits accessoires fabriqués de toutes pièces - le fameux scratch - à la réalisation duquel j'avoue prendre un plaisir extraordinaire et y passer du temps sans voir filer les heures. Quand on se lance en scratch, on ne doit pas en être comptable. C'est ainsi que naquirent le porte-barriques et le fardier, les menues transformations ou les garnitures de chariots et j'en passe.





Le fardier (de fardeau) était un véhicule civil militarisé, traîné par huit chevaux ou souvent par six boeufs. Véhicule lourd, à déplacement lent, pour la route et non en tout terrain, il pouvait porter des charges jusqu'à 5 tonnes voire plus.

Une paire de chevaux d'attelage, quelques figurines par ci par là rejoignaient le même garage désordonné... L'abondance de certaines pièces  m'avait déterminé à en préparer des séries: le Grand Parc étant, entre autres, un stock de pièces de rechange ou de refourniment, il serait toujours aisé de leur trouver une justification et une place.



Des timons de rechange, des outils, tout un fourbi dans cet énorme magasin qu'était le Grand Parc



Un jour, remis de l'accident de santé déjà évoqué, le moral retrouvé et l'esprit clair, ma réflexion a commencé à mettre en forme cet amas de bric et de broc. Et force est d'avouer que ce ne fut pas le plus simple.
J'avais très vite écarté l'idée de représenter le bataillon de parc: les chevaux prennent trop de place. J'ai auissi écarté les éléments "secondaires"  du Grand Parc pour ne garder que les pièces de campagne. Produire les autres composants du Parc m'aurait contraint à trop de scratch. J'y serais encore. Peu à peu, mentalement, les différentes scènes prenaient corps et les éléments, isolés au début, se révélaient possibles ou même souhaitables en s'intégrant naturellement dans un environnement crédible. C'est tout ce qu'on demande à une plaquette quand on n'a pas ou presque de documentation ou qu'on n'est pas guidé par l'impératif de la reconstitution fidèle d'un site.
Pour les bâtiments, mon parti pris a été clair: sauf la forge, ils ne devaient constituer que des éléments de décor, d'où le choix d'une réalisation de structures tronquées, l'intérêt ne devant pas se fixer sur elles. De même, leur position sur la plaquette condamnait celle-ci à être adossée en raison des arrières de ces structures rendues aveugles et, pour cela, noircies.
Très vite, il est apparu que la plaquette grouperait  une juxtaposition de scénettes et que la mise en scène nécessiterait des figurines supplémentaires pour compléter les ébauches du début. Au total, il y a une douzaine de chevaux et soixante-six figurines piétons ou cavaliers.

Je m'arrête parce que je fatigue. Je vous présente le premier jeu de photos d'ensemble de la plaquette, prises en atelier lors du montage final. Il y a 14 vues. En règle générale, vous me pardonnerez les doublons s'il y en a (valable pour l'ensemble de mon texte, même fractionné).





























C'est tout pour ce premier jet. A suivre donc. Bon dimanche à tous.
Armand
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  BIFFIN le Dim 8 Oct 2017 - 11:44

Et bien le moins que je puisse dire, c'est que je ne suis pas déçu par cette suite !!!
avatar
BIFFIN

Messages : 918
Date d'inscription : 18/01/2016
Age : 61
Localisation : Deuil-La Barre (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  JackNap1948 le Dim 8 Oct 2017 - 11:52

Salut Armand.
Merci pour les nouvelles photographies de ce très bel ensemble.
Merci également pour les nouveaux textes accompagnateurs de celles-ci.
J'ai de plus en plus envie de voir cet ensemble de mes propres yeux.
En Juillet ou Août 2018 je serai à Bandol (83), si une rencontre est possible ce serait formidable. Cool
Nous verrons cela d'ici l'an prochain. Very Happy Cool Very Happy
Très bonne journée et à plus tard.
Jacques.

____________________________________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




Décor "simpliste" pour rejouer, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
JackNap1948

Messages : 2442
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  ROUNDABOUT le Dim 8 Oct 2017 - 12:02

C'est Grandiose, Excellent, Magnifique, Sublime, tout simplement Beau. Les majuscules sont mises sciemment !
On a peine à imaginer la logistique de la Grande Armée. On est loin des grenadiers, hussards et autres cuirassiers mais sans son artillerie et tout le personnel (train, pontonniers, ouvriers ....) qui oeuvraient à son bon fonctionnement, l'Empereur n'aurait surement pas pu être le grand stratège qu'il fut !

L'Empereur serait fier de toi Armand


Dernière édition par ROUNDABOUT le Dim 8 Oct 2017 - 12:08, édité 1 fois

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 11840
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Dim 8 Oct 2017 - 12:05

Encore merci à tous.
Demain, peut-être la fin, parce que c'est encore un gros morceau.
J'y expliquerai certains détails de construction surtout du scratch, une méthode parmi des tas d'autres
tout aussi valables et même meilleures.
A+
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Lun 9 Oct 2017 - 12:30

C'est reparti. Je vous livre quelques trucs de construction en grandes dimensions.

La base

Pour des raisons de manutention et de transport, un fractionnement de l'ensemble était indispensable. C'est pourquoi cette maxi-plaquette a été conçue en 5 modules de 0,90m x 0,38m juxtaposés, soit en tout, 1,90m x 0,90 m (hors moulure de bordure). Chaque module a sa caisse de stockage et de transport, de hauteur variable en fonction des éléments de décor contenus.
Pour une bonne tenue de l'ensemble et pour prévenir le "travail" toujours possible du matériau constituant la base, j'ai choisi le bois le moins susceptible de jouer (surtout dans ces dimensions), à savoir du latté de 24mm. A lui seul, le poids assure une bonne stabilité. Pour garantir un minimum de rigidité et pallier les éventuels écarts de niveaux entre modules, j'ai tout bonnement adopté la technique du tenon-mortaise qui m'apparaissait la plus simple à mettre en oeuvre compte-tenu des limites de mon savoir-faire. En matière de tenons, je pensais initialement utiliser les petits tourillons de bois du commerce. Mais, afin de prévenir le sectionnement accidentel ou l'arrachage (décollement) du tenon (les tourillons du commerce sont souvent en bois exotique cannelé qui prend mal ou inégalement la colle), j'ai imaginé un tenon "incassable". J'ai choisi des grosses vis à bois classiques de 6mm de diamètre, à tête fraisée. Je les ai mises en places dans l'épaisseur de la tranche à 0,22m de chaque extrémité. Le vissage a été mené jusqu'à ce que disparaisse dans le bois la partie filetée. Accrochée en profondeur sur presque 40mm, la vis ne risque aucun arrachage. La partie lisse (20mm de long) servira de tenon une fois la tête de vis fraisée sectionnée à la scie à métaux juste au ras de la collerette fraisée. Un coup de lime pour apprêter la section et chanfreiner le bord sur un demi millimètre et le tour est joué. Avec deux bouts de liteau pointés sur la tranche à chaque extrémité en matière de guide et 4 autres, 2 par 2, pour le raccord de niveau, on repère chaque extrémité de tenon sur la tranche du module voisin et on perce la mortaise au bon alésage.



Réalisation d'un tenon (il y en a 2 par côté, à 0,22m des extrémités). Incassable. C'est la garantie d'une bonne maintenance des niveaux entre modules, pratique pour les expos où les tables ne sont pas toujours parfaitement nivelées.



Toujours en raison des dimensions de chaque module, j'ai renoncé à l'assemblage (entre modules) par boulonnage par en dessous. Cela m'aurait contraint à surélever ma base par des cadres en bois d'au moins 40 mm d'épaisseur fixés sur elle et risquant de "travailler" différemment.  C'est mon expérience des expos dans les lieux les plus divers et sur des tables de fortune pas toujours planes et de niveaux souvent décalés qui m'a fait écarter cette solution. J'ai jugé ce type d'assemblage trop mal commode. J'ai donc retenu le boulonnage latéral par équerres serrées avec des écrous papillons, procédé pratique et rapide.









Un petit truc en passant au bénéfice du fou qui voudrait se lancer dans une entreprise analogue. L'échelle du 1/32e requiert plus d'espace qu'on ne croit généralement. L'atelier de montage doit donc correspondre à l'ambition du projet en étant assez spacieux et doté d'une table assez grande. J'avais cette chance en utilisant une ancienne table de salle à manger modulable avec une rallonge déployée, soit un espace disponible de 2,10m. Pour pallier le léger fléchissement de la rallonge à son bord libre, j'ai tout simplement doublé la table avec une ancienne porte isoplane non gauchie de 2,05m x 0,70m (je n'avais pas plus large), immobilisée avec des serre-joints, qui a été la base idéale pour ce travail, les 0,10m de porte à faux à chaque bout de module n'étant pas de nature à faire bouger un latté de 24mm.
Quelques mots maintenant sur ma technique de construction des bâtiments et des sols. Du carton plume ou carton ordinaire à la pierre naturelle en passant par le plâtre pur, le choix des composants de structure est large et les modélistes ont le choix. J'ai opté pour une solution médiane alliant garantie de solidité, de tenue dans le temps et de relative légèreté.
Pour un bâtiment de plusieurs étages, du contreplaqué de 10mm suffit: il est suffisamment solide pour tenir surtout si des refends perpendiculaires lui sont joints et le découpage des fenêtres à la scie à chantourner ne pose aucune difficulté.
Tout de suite, je détermine si le bâtiment ne doit être qu'un élément de décor avec un arrière aveugle et noir ou bien s'il doit contenir des figurines dans un environnement meublé et décoré. Dans ce cas, les refends (ou cloisons) perpendiculaires sont placés en adéquation. La règle veut que pour les plaquettes les limites d'un bâtiment ne soient pas strictement parallèles aux bords rectilignes de la base mais placées selon un biais plus ou moins prononcé.
Ensuite, les murs. Le contreplaqué est un support, pas une surface. Pour obtenir une couche lisse (cas d'un enduit de ciment taloché par exemple), j'applique une couche d'enduit à l'eau fin, très facile d'emploi, qui sèche très vite et qui se ponce sans difficulté. L'enduit s'accroche très bien au bois et n'évolue plus. Après séchage complet, il est prêt à peindre avec une sous-couche.
Pour cette technique, je n'ai pas trouvé mieux que cet enduit. Avec le même enduit, en couches fines successives appliquées à la spatule très souple ou mieux au couteau de peintre, on peut augmenter l'épaisseur. L'intérêt des couches fines est d'éviter la fissuration au premier séchage, tellement il est rapide. Avec une épaisseur de 5/10es on peut tracer des briques. Avec 7/10es, on peut tracer des pierres de taille à joints marqués. Pour des pierres brutes ou des moellons, , la couche doit dépasser le millimètre avec, au besoin, des surcharges en raison des saillies plus prononcées. Le découpage se fait à la pointe sèche  ou mieux encore à la fraise sur un tracé au crayon tout simple.



Exemple de mur en pierres selon le procédé du bois enduit.





Gravage à main levée d'un pavage dans de l'enduit de 7/10es.

Dans le cas de pierres de parement taillées et calibrées comme celles qui ornent en relief les contours d'ouvertures ou de portes, de même que les blocs de pierres taillées servant de soubassement aux murs porteurs, il m'arrive d'employer des sections de carte plastique de 2mm d'épaisseur. Mais, au préalable, il faut plastifier le contreplaqué afin de pouvoir y coller le polystyrène choc. Ces pierres peuvent être travaillées à la fraise ensuite pour en apprêter la surface (entailles, fissures, perforations accidentelles, usure du temps, etc.). Ces mêmes pierres de parament peuvent être réalisées aussi avec de l'enduit: il suffit d'ajouter des couches supplémentaires pour obtenir l'épaisseur de leur relief décoratif. Le découpage se fait aussi à la pointe sèche ou à la fraise, une fois le séchage complet obtenu.
La maison allemande ainsi que la porte monumentale et les murs de la forges ont ete construits sur ce principe. Les sols aussi même flockés d'herbe synthétique, de sable fin, de graviers divers, etc. Le reste est affaire de peinture et de patine.



Soubassement et mur porteur de la maison allemande. Selon mon ancienne méthode, la toute première, les pierres sont en carte plastique collée sur contreplaqué plastifié de même que les pierres de parement d'entourage de la porte. Si je devais la refaire, ce serait en enduit. Plus besoin de plastifier le bois.



Elévation de la maison. Le remplissage entre les colombages est de l'enduit lissé. Surfaçage parfait.



Vestiges d'un mur d'enceinte en bois enduit. Evidemment, le traçage pierre par pierre, brique par brique, pavé par pavé est long. On me le reproche. Mais tous les procédés ont leurs inconvénients et c'est affaire de patience. Mais le résultat est là.



Construction mixte: pierres de carte plastique collée, bois enduit, pavage sur enduit.













La porte monumentale. Le fond est une aquarelle qui m'a demandé 75 minutes en tout. Un vrai plaisir. Mais cette porte, comme la maison, comme la forge, comme la fontaine, c'est du scratch et donc des heures à profusion. Impossible à compter...

Pour cette technique du bois enduit, à ce jour, je compte largement plus de vingt années d'expérience. Je n'ai encore jamais observé d'écaillage, d'effritement, de fissuration ou de décollement de l'enduit. De même la surface est conservée et la peinture et la patine sont intactes.
En ce qui concerne les toitures, je ne sais faire que les tuiles plates qui sont évidemment les plus simples et les plus faciles à réaliser. Elles sont valables pour les toitures de Bourgogne, d'Alsace, de Suisse, d'Autriche et d'Allemagne, à ceci près que parfois, les tuiles allemandes ont leur pureau (extrémité découverte) arrondi. Je n'ai pas encore trouvé le matériau permettant de produire des tuiles romanes ni les tuiles mécaniques nervurées. Pour les tuiles plates, j'utilise du carton fort de dossier à l'ancienne de 3-7/10es d'épaisseur. Rapprochées d'un gabarit marqué qui me permet de tracer la largeur de chaque tuile, il ne reste plus qu'à les encocher au cutter ou à la pince coupante. Le collage en place ne pose aucun problème sur une volige mince en balsa. Seules précautions à observer, le collage d'un carré de 2mm x 2mm en rive basse afin que le premier rang ne bascule pas  et que le suivant le recouvre exactement et le décalage d'une demi tuile d'un rang sur l'autre. La distribution des bandes se fait selon le principe des couvreurs: un tiers découvert (pureau), deux tiers recouverts. Je n'insiste pas sur la peinture et la patine: le brossage à sec donne d'excellents résultats pour l'effet de relief.



Ma façon de faire des tuiles plates à la bourguignonne.

J'emploie la même technique pour la couverture en ardoises, sauf que le papier lisse de 200 grammes (assez épais donc) remplace le carton (les ardoises sont plus minces) et que le tracé du gabarit est différent.
Je ne vois plus rien à dire sur cette plaquette sinon qu'elle a été achevée en mai-juin 2008. Je n'ai pas tenu un compte précis des heures passées à cette réalisation.
Mais j'ai pu établir une évaluation assez valable à partir de repères fondés sur la production des pièces Historex, tant pour un canon, tant pour un caisson, tant pour un chariot, etc. Avec l'interruption due à mon cancer, étalées sur cinq années, c'est au moins 4800 heures qui ont été nécessaires pour en venir à bout et le scratch, bouffeur de temps n'est pas évalué... Trop divers et ce travail n'en manque pas!... Ce scratch, je vous laisse l'estimer, chacun à l'aune de son habileté.
Posez-moi des questions.  
Et maintenant les photos promises, en un peu plus gros, modules séparés, ce qui n'est pas plus mal.

































Pour une fois, l'intendance a bien fait les choses. Elle a fait venir du vin d'Italie et, pour des hommes habitués à ne boire que de la bière quotidiennement, ce vin est plutôt bien accueilli. Ils vont pouvoir faire chabrot dans la soupe au lard et aux choux.





Le coin des véhicules réparés en attente de retour dans leur unité.


 
Au premier plan, le bûcher vu arrière. J'avais tout prévu, même la réserve de bois.



Le colonel s'apprête à partir. On lui amène son cheval. Derrière, le bourgmestre, propriétaire de la maison, réquisitionnée, vient faire une demande au patron qui l'envoie paître. Un conducteur fayot lui amène un lapin et un jambon et les cuistots s'activent, l'un à la plonge, l'autre aux pluches... La table au fond est celle du colon qui invite qui il veut parmi ses officiers. L'autre table à nappe est celle des officiers. La troisième qui n'est pas sur cette photo, est celle des sous-off. Quant aux bidasses, comme d'hab les plus brimés, ils croûtent au cantonnement, sur leurs genoux ou sur les caisses.



Autre vue du parking.



Tiens donc, mais ce serait-y-pas la chèvre, là bas... ROUNDABOUT va être content...



Les ateliers en plein travail. Réfection de roues: avec les timons, c'était le plus gros pourcentage de casse. Du boulot en perspective pour les charrons et pour les forgerons qui apprêtaient les segments de bandages et les clous car même les clous étaient fabriqués.



























Pour terminer, un fardier et les forges en attente.

C'en est fini. C'était mon grand oeuvre. on peut faire mieux mais aura le courage d'abattre autant de boulot?
A+ chers collègues.
Armand  dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  cracboum le Lun 9 Oct 2017 - 13:53

un seul mot me vient à l'esprit : époustouflant !!
avatar
cracboum

Messages : 1613
Date d'inscription : 03/11/2013
Localisation : région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  JackNap1948 le Lun 9 Oct 2017 - 13:54

Salut Armand.
Bravo pour tout cela.
Merci pour les très belles photographies détaillées.
Merci pour les très bonnes explications de la construction.
Merci pour les explications historiques.
Très bonne journée et à plus tard.
Jacques.

____________________________________________
À mon très grand ami Patrice († 58).
À ma petite belle-fille Gaëlle († 31).




Décor "simpliste" pour rejouer, à une dizaine de joueurs, la Bataille d'Eylau en 1807.
avatar
JackNap1948

Messages : 2442
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 69
Localisation : 93 + 83 + 22.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  lopez le Mer 11 Oct 2017 - 21:33

Bonsoir Armand,
merci de ce reportage epoustouflant qu'il faut conserver précieusement pour piquer quelques recettes de temps en temps.
Philippe.

lopez

Messages : 818
Date d'inscription : 29/03/2014
Age : 51
Localisation : LYON 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  Borodino le Mer 11 Oct 2017 - 22:23

Toutes ces explications sont bien utiles et les détails imposent encore plus à l'admiration.
Mille bravo à notre l'éternel débutant préfèré

____________________________________________
avatar
Borodino

Messages : 1533
Date d'inscription : 13/05/2016
Age : 45
Localisation : Albi

Revenir en haut Aller en bas

Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Mer 11 Oct 2017 - 23:05

Merci les gars, content de vous fournir quelques trucs.
Si quelque chose vous tracasse dans une construction, n'hésitez pas à poser des questions.
Chacun de vos posts est signalé dans ma BAL.
J'y répondrai bien volontiers, peut-être pas immédiatement mais en quelques jours... si c'est dans mes cordes.
A+
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  BIFFIN le Jeu 12 Oct 2017 - 11:02

Que dire de plus si ce n'est qu' avec ce magnifique travail de recherche et d'exécution l'amateur d' Histoire autant que le maquettiste sont parfaitement comblés .
Merci pour cette présentation qui est en plus un excellent tutoriel !
avatar
BIFFIN

Messages : 918
Date d'inscription : 18/01/2016
Age : 61
Localisation : Deuil-La Barre (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  gribeauval le Sam 14 Oct 2017 - 10:44

Merci Biffin, si ça peut rendre service, j'en serai bien heureux
même si c'est pour une réalisation de bien moindres dimensions.
A+
Armand dit Gribeauval
avatar
gribeauval

Messages : 166
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 79
Localisation : Var (83)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  sergiofig le Dim 15 Oct 2017 - 18:25

toutes ces scènes sont très vivantes et très bien détaillées, encore bravo.
avatar
sergiofig

Messages : 564
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 47
Localisation : nyons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un truc de ouf - Essentiellement HISTOREX plus 2 ou 3 autres - 1/32e

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum