Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  bristethobennic le Lun 19 Oct 2015 - 20:00

L'apaloosa n'était pas un cheval de petite taille ? Parce que là, ça n'a pas l'air d'être le cas, on dirait un échassier le cheval tellement il a de longues pattes. Very Happy Very Happy Very Happy

La peinture est magnifique.

____________________________________________

http://bristethobennic.blogspot.fr/

Ma page Fesse bouc : https://www.facebook.com/pages/Mes-Petits-Guerriers-en-Couleurs/1576342989305993

avatar
bristethobennic

Messages : 7793
Date d'inscription : 27/09/2012
Age : 44
Localisation : près de Charolles (71)

http://bristethobennic.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  ROUNDABOUT le Lun 19 Oct 2015 - 20:00

Ils sont magnifiques
Mais je vais faire mon casse-pieds , il y avait ce genre de chevaux ( les Appaloosa ) en Europe au début du 19ème siècle ?

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 10495
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  loken32 le Lun 19 Oct 2015 - 20:06

Superbe!!!

____________________________________________
Mon blog
avatar
loken32

Messages : 1634
Date d'inscription : 24/06/2012
Localisation : gers

http://figurine-empire1804-1815.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  Papouille le Lun 19 Oct 2015 - 20:22

Une réponse sur le net :  "Entre 1800 et 1815, Napoléon, cavalier au style peu académique mais résistant et intuitif, possédait 1 730 chevaux réservés à sa monte personnelle. Le Vizir, petit arabe gris de 1,35 m, son plus célèbre cheval, a été empaillé et se trouve exposé en 2006 au Musée de l'Armée des Invalides".

et aussi....
"Un certain laxisme, le peu d'argent investi, le nombre trop faible d'étalons, et le fait qu'il faut quatre à cinq ans pour faire un cheval, vont donner des résultats moyens qui sont révélés dans les " Statistiques des préfets ", plutôt une évaluation qualitative, ordonnées par la circulaire du 15 germinal an IX (5 avril 1801) du ministre de l'Intérieur, Chaptal. Si les départements du Nord, du Bas-Rhin, du Doubs, de l'Orne et des Deux-Sèvres se signalent par un commerce important de chevaux, d'autres préfets insistent sur " un élevage pratiquement abandonné suite aux ravages révolutionnaires " en Meurthe-et-Moselle, " des chevaux dégénérés et trop faibles " dans l'Indre, " petits et médiocres " dans l'Aisne, " petits et utilisés seulement au dépiquage " dans l'Aube, " mauvais et de petite taille " dans l'Ardèche. Les qualificatifs " dégénérés " ou " abatardis " sont souvent cités.
Il faut, bien sûr, tenir compte de l'origine des informations. Les paysans ont intérêt à diminuer leur capital cheptel par crainte des impositions et des réquisitions de l'armée.
La dégénérescence exprime-t-elle le souhait de voir se développer les dépôts d'étalons ? Le préfet de l'Orne estime que la destruction des haras occasionne à son seul département, pourtant classé parmi les premiers pour la production, une perte annuelle de 800 000 à l million de francs par an, soit une somme équivalente à la vente de 2 000 à 2 500 chevaux ! Quant à la petite taille, due à une nourriture insuffisante et à une mise au travail précoce, elle est réelle. La suppression des pâturages communaux, le morcellement de la propriété, les barrages intempestifs et non-réglementés des moulins à eau et l'abandon du faucardage des rivières qui provoquent des inondations des prés situés en amont, ont réduit la nourriture traditionnellement disponible. Enfin, l'armée ne prenant des chevaux que d'une certaine taille, une sélection à rebours a pu être pratiquée par certains laboureurs dépourvus d'esprit civique."

et encore:
"
Le cheval de bataille est traditionnellement de taille modérée pour les troupes et les officiers, puisque les animaux les plus lourds ont des difficultés à rester en état et à s'adapter aux variations du terrain14. La plupart des armées de l'époque donnent leur préférence aux animaux de 15.2 mains et de 450 à 500 kg, bien que les cuirassiers possèdent fréquemment des chevaux plus lourds1. Le régiment des dragons de la Garde impériale de Napoléon Ier possède des montures d'environ 15 mains14. Les animaux les plus légers sont réduits à ne faire que du repérage et des raids. Les chevaux de cavalerie sont le plus souvent acquis âgés de cinq ans, et font 10 à 12 années de service. Les juments et les hongres sont favorisés par rapport aux étalons, plus difficiles à gérer1. Des pertes de 30 à 40 % sont monnaie courante durant une campagne, en raison tant des conditions de marche que des armées ennemies15.

Avec le développement des structures régimentaires, de nombreuses unités sélectionnent des chevaux de type uniforme. Certaines, comme la Royal Scots Greys choisissent même une couleur de robe unifiée. Les trompettistes montent souvent des chevaux bien distinctifs, de sorte qu'ils puissent se démarquer16. Les armées développent des préférences, les britanniques choisissant les hunters, les allemands des Hanovriens, et les cosaques des steppes leurs poneys locaux, mais les exigences de la guerre font souvent que des chevaux de tout types finissent par être employés16.

Les chevaux arabes forment des montures de choix pour la cavalerie. Par le biais des campagnes de l'empereur, ce type de cheval se retrouve en Europe centrale et en Russie.

Denis Bogros pense qu'un grand nombre de défaites de la cavalerie française sont imputables, non pas aux hommes, mais à la mauvaise qualité des chevaux de troupe français, plus adaptés à la culture des terres qu'aux exigences militaires. En effet, en 1781 et d'après le major général de Bohan, le cheval de cavalerie français est « lâche, triste, mou et défiguré » en raison de la mauvaise gestion du royaume « par le choix des pères et mères dont on veut tirer race »18. Napoléon Ier choisit le cheval arabe pour son usage personnel après la campagne d'Égypte19. En 1805, il peine à trouver ne serait-ce que cent chevaux de selle sur le territoire français car « partout ne s'élèvent que des chevaux de trait »20. Napoléon Ier rétablit les haras en 1806, et les place sous la tutelle du ministère de l'intérieur21. Son arrivée au pouvoir coïncide avec l'engouement pour le cheval arabe, Jean-Pierre Digard précise qu'« après avoir trouvé ses racines en Angleterre, l'arabomanie équestre connait son apogée en France sous le Premier Empire »22. L'époque impose l'élevage du cheval arabe, des tentatives de croisement entre chevaux locaux français et chevaux orientaux sont tentés, avec plus ou moins de succès. Les très nombreuses réquisitions lors des guerres épuisent les ressources du pays23. En 1810, Napoléon réorganise les remontes militaires et choisit ses montures de cavalerie légère dans les Pyrénées (cheval navarrin), en Auvergne (cheval d'Auvergne), en Limousin (cheval limousin), en Morvan (cheval du Morvan), en Bretagne (bidet breton), et dans les Ardennes (Ardennais de type selle). Les dragons et l'artillerie légère montent des chevaux normands et lorrains à deux fins. La cavalerie lourde se fournit exclusivement en Allemagne24. Pour Denis Bogros, l'élevage du cheval militaire français est « au niveau zéro ». Le duc de Wellington affirme en août 1815 que la cavalerie de la Grande Armée est la plus mal montée d'Europe. Fernand Braudel et Jacques Mulliez notent que le système d'élevage français n'a pas évolué depuis la guerre de Cent Ans25. Le colonel de Brack donne sa préférence au cheval d'Auvergne, cheval du Morvan, bidet breton ou cheval du Béarn26.

____________________________________________
"La guerre est un mal qui déshonore le genre humain." Fénelon, Dialogue des morts.
avatar
Papouille

Messages : 3141
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 70
Localisation : près de Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  Papouille le Lun 19 Oct 2015 - 20:24

Il semble bien que les guerres incessantes ont "arrondis" les applications stricte des règlements en matière d'uniformes et de chevaux dans la réalité !!! Nous peignons avec les règlements, dans nos maisons bien installés avec nos bouquins, mais la réalité était bien autre !!

____________________________________________
"La guerre est un mal qui déshonore le genre humain." Fénelon, Dialogue des morts.
avatar
Papouille

Messages : 3141
Date d'inscription : 10/11/2012
Age : 70
Localisation : près de Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  tenardier le Lun 19 Oct 2015 - 20:34

possédait 1 730 chevaux réservés à sa monte personnelle

Tiens donc !!!!

____________________________________________
Un vrai ami c'est quelqu'un que tu peux réveiller à 2 H du matin pour t'aider à cacher un cadavre !!!!!!

avatar
tenardier

Messages : 8342
Date d'inscription : 23/11/2011
Age : 51
Localisation : Route Napoléon le Grand, 04000

http://decorum-figurinis.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  ROUNDABOUT le Lun 19 Oct 2015 - 20:49

tenardier a écrit:
possédait 1 730 chevaux réservés à sa monte personnelle

Tiens donc !!!!

Oui tiens donc    

Une petite centaine tout au plus !!!!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_chevaux_de_Napol%C3%A9on

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 10495
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  Hervé.T le Mar 20 Oct 2015 - 15:14

Bonjour,

la robe un peu particulière que j'ai réalisée n'a rien à voir avec un apaloosa nord américain.
En voici un:

Le cheval que j'ai réalisé est un cheval pie très fréquent en Europe depuis la Renaissance, mais dénigré par les armées.
Cependant en Europe centrale et en Russie, ce type de chevaux était couramment utilisé, faute de mieux.

Hervé.T

Messages : 31
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  ROUNDABOUT le Mar 20 Oct 2015 - 15:56

Hervé.T a écrit:la robe un peu particulière que j'ai réalisée n'a rien à voir avec un apaloosa nord américain.
En voici un:

Le cheval que j'ai réalisé est un cheval pie très fréquent en Europe depuis la Renaissance, mais dénigré par les armées.
Cependant en Europe centrale et en Russie, ce type de chevaux était couramment utilisé, faute de mieux.

Bonjour , merci pour ces précisions .
L'Apaloosa est un cheval dont le type a été développé par les "Indiens" Nez Percés .
Ceux-ci eurent leurs premiers contacts avec des Européens vers 1806 .
Il me semblait donc quasi impossible que l'Apaloosa servent dans les armées Européennes pendant le Premier Empire .

____________________________________________
Des troupes ? Où voulez-vous que j'en prenne ? Voulez-vous que j'en fasse ?
avatar
ROUNDABOUT

Messages : 10495
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : VEXIN FRANÇAIS (95)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Figurine Franznap: Hussards autrichiens en vedette

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum